20 février 2012

Les candidats à la Présidence de la France..


Se disent être à notre écoute....


En dehors de l'envahissement télévisuel par chacun....des plus petits aux plus grands...


Sur des chaînes nationales que nous payons ....la fameuse redevance télévisuelle....


Ils racontent quoi ?


Pas grand chose....


Chacun y va de sa lessive qui lave plus blanc que blanc....


J'ai toujours voté....


Là, je ne voterai pas....bien que..


Je me déplacerai pour foutre un bulletin blanc ....


Un vote blanc que ces mesdames et messieurs les députés et sénateurs ...


N'ont jamais accepté la reconnaissance...


Un vote blanc qui rejoindra les bulletins nuls..


Qui rejoindra la case " n'a pas voté "


Un vote pourtant existant .


 


Par ailleurs BRAVO les prétendants à la couronne républiquaine ...


Celle de Président de la République de France ..


Vos sites pseudos ouverts sont plombés....


Ne peut s'exprimer que des quidams dument enregistrés ...


Bien voyons ...vous faites gaffent à ne pas vouloir voir fleurir sur vos sites de propagandes ..


L'expression dure et directe du Peuple.


Le Peuple vous en avez rien à faire.


Que vous soyez de droite et ses dérives ...ou de gauche et ses dérives ...


Je voterai blanc ..


Et irai crever avec mes rêves....


J'ai vu mes anciens crever...je me suis vu rêver..


Et maintenant je ne rêve plus..


J'attend de pied ferme la Mort.


Basta !

18:12 Écrit par *MeL* dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

eh Basta Léo Ferré :

« Quand j'emprunte des paradoxes, je les rends avec intérêts.
J'enrichis mes prêteurs qui deviennent alors plus intelligents.
Le taux usuraire de l'astuce n'est jamais assez élevé.
Je ne sais pas d'où je viens mais je sais que je suis là, à reverdir, dans cette campagne toscane.
Les rossignols teints au Gargyl chantaient des aubades pharmaceutiques.
J'ai les cheveux trop longs... comme des voiles de thonier, mes beaux cheveux qu'on m'a toujours taillés, mes beaux cheveux longs dans ma tête.
Dans la rue, on se retourne...
Moi, je leur tire la langue!
O belles pattes des fourrures
Chapeau du vent de ces madames
Inquiétude de la parure
Toiles de soie vers vous je rame
Je sais des paradis tranquilles où les anges n'ont pas de vin à boire mais des orages de raison.
Des violettes de reverdie.
Je sais des paradis tragiques où les fauteuils d'orchestre n'ont pas de mémoire
Où les roses ne fleurissent que par osmose, et encore...
Où les passions sont d'un autre ordre et les mirages d'une autre qualité et de la nuit pourtant venus...
Je sais des paradis-bordels où l'on me fait signe
Où l'on se signe
Où l'on me désigne pour la bonté des mains tendues et des bouches capitales
Comme au petit matin... Tchac!
Je sais des paradis naturels où le mauve tient lieu de drogue
Où l'on peut passer du mauve à la frontière
Je sais des paradis câlins avec la barbe de deux jours et des saints
Sans foi ni loi
Sans feu ni eau
Avec simplement une ceinture d'émigrant
J'émigrerai quelque jour vers vos pays cachés
Et ne reviendrai plus… »

http://youtu.be/lLDOo44uniw

Écrit par : estsidestory | 20 février 2012

Répondre à ce commentaire

Tchac !

Amitiés

MeL

Écrit par : *MeL* | 20 février 2012

allons vôter cela fera une promenade , voir des quidams pressés de mettre leurs enveloppe dans l'urne, une occasion pour les villageois de faire une rencontre de voisinage cela va me sortir de mon trou perdu et apres j'irais à la pêche et faire quelques clics de prairies humides

Écrit par : lecracleur | 24 février 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.